Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De gauche à droite : Bryan Alaphilippe, Marc Sarreau, Romain Combaud et Julian Alaphilippe. Tous les quatre évolueront chez les professionnels la saison prochaine. - Photo Nadine Maréchal

De gauche à droite : Bryan Alaphilippe, Marc Sarreau, Romain Combaud et Julian Alaphilippe. Tous les quatre évolueront chez les professionnels la saison prochaine. - Photo Nadine Maréchal

 

Excepté Benjamin Thomas, le pistard du BEC 18 (Armée de Terre) en lice à Anadia, quatre autres coureurs pros du Cher étaient dimanche alignés sur le cyclo-cross de La Chapelle.

Ils ont hâte d'en découdre…

Le sourire grand comme une banane, une pêche d'enfer, Julian Alaphilippe (Omega Pharma-Quick Step), Marc Sarreau (FDJ. fr) et Romain Combaud (Armée de terre) affichaient, dimanche, leur bonheur de se retrouver sur la ligne de départ du cyclo-cross du père Noël à La Chapelle Saint-Ursin.

En junior ensemble

Ces trois pros et futurs pros sont unis par une belle amitié. Sous les couleurs de l'US Florentaise alors qu'ils étaient juniors, ils raflaient tout tant sur piste, sur route qu'en cyclo-cross avant de porter tous trois le maillot de l'EC Armée de Terre, d'y prendre une nouvelle dimension et de signer un contrat pro.

Bryan, le petit frère de Julian, n'a pas suivi la même voie mais, comme ses trois compères, il comptera au nombre des coureurs de l'équipe Continentale de l'Armée de Terre. « C'était cool de rouler avec les gars à La Chapelle, soulignait l'ancien Ligniérois. Moi, je n'étais pas très bien car j'étais rentré tard la veille du stage de cohésion… Je serai en stage pendant deux semaines à partir du 15 janvier dans le Gers et, selon mon état de forme, je débuterai la saison à l'Étoile de Bessèges ou à l'Essor basque. »

Son coéquipier castelneuvien, Romain Combaud, sera le seul à prendre le départ de la Marseillaise au sein d'une équipe.

Julian Alaphilippe a lui aussi apprécié de retrouver ses anciens coéquipiers : « C'était cool, on a passé un bon moment. J'espère qu'avec mon frère on aura l'occasion de courir ensemble. Il n'a que dix-neuf ans, il faut qu'il apprenne. Pour ma part, je reprendrai en Espagne sur la Vuelta cyclista à Murcia et la Clasica de Almeria. »

Marc Sarreau sera également du voyage en Espagne après avoir disputé l'Étoile de Bessèges. « C'était sympa de courir ensemble dimanche. On n'a pas beaucoup d'occasions de se voir sans la pression d'une course » admettait-il.

Nadine Maréchal

 

De profonds antagonismes agitent le comité du Cher depuis des mois. Un nouveau président vient d’être élu pour tenter de trouver une issue à la crise.

Le cyclisme départemental sous tension

Depuis plus d'un an déjà, le cyclisme départemental a bien du mal à tourner rond. Dans le peloton des dirigeants départementaux, on se tire joyeusement dans les pattes et pas toujours à la régulière…

Dernier exemple en date, l'assemblée générale du comité départemental du 6 décembre qui a remis en lumière les tensions qui polluent l'atmosphère.

Jacky Balland nouveau président

Bertrand Carabin, qui a depuis démissionné de la présidence de l'instance, est allé jusqu'à parler de « mafia » (lire par ailleurs). « L'ambiance était bouillante », glisse l'une des personnes présentes.

Le fond du problème est dur à cerner. Tout semble avoir débuté avec la mise en question de la gestion du BEC 18 par son président, Sébastien Dhervillez. Une plainte a été déposée contre lui, en début d'année. L'enquête est en cours. Depuis, plusieurs membres du BEC 18 ont rejoint l'UBCC (club support du Paris-Bourges).

Cet événement est directement lié à la révocation du bureau directeur du comité dont Sébastien Dhervillez était membre (en mai). Ce dernier reste toutefois membre du comité régional, chose que n'accepte pas ses détracteurs. Jacky Tarenne, le président régional, s'en tient au fait qu'une enquête ne fait pas un coupable.

S'est ajouté à cela, la question du vélodrome de Bourges et la manière dont Éric Gauvin, alors trésorier du comité du Cher, a géré le dossier. Lui aussi continue d''uvrer au comité régional en tant que président de la commission arbitrale. C'est tout aussi mal perçu par l'ancienne équipe du comité du Cher.

 

Autour de cela, au moins deux camps se sont formés, qui s'accusent de mensonges et d'incompétence, tout cela en y ajoutant des querelles personnelles.

Au milieu, ceux qui s'estiment neutres comptent les points. Au final, tout le monde se désole des proportions et de la durée de ces « guéguerres ».

Depuis, un nouveau bureau a été élu. À sa tête Jacky Balland, président de VC d'Annoix (*). Son arrivée permettra-t-elle de tourner enfin la page ? Difficile à dire.

Contacté en début de semaine, Bertrand Carabin (toujours membre du bureau du comité) s'est contenté d'indiquer qu'il estime « avoir remis les choses en ordre ». « C'est peut-être mieux pour apaiser les tensions que je ne sois plus président, mais je n'en pense pas moins. »

Jacky Tarenne non plus n'en pense pas moins, mais il préfère « ne pas en rajouter ». Il insiste sur la « nécessité absolue que le Cher avance enfin. » Interrogée sur le sujet, la Fédération française de cyclisme n'a voulu faire aucun commentaire.

(*) que nous ne sommes malheureusement pas parvenu à joindre par téléphone.

Michaël Nicolas

La dernière assemblée générale du comité du Cher a été ponctuée par des discours… musclés.

Bertrand Carabin, président du comité, a tiré le premier, se fendant d'une charge virulente. D'abord sur la situation financière « dramatique » du comité à son arrivée à la présidence, en mai dernier : « Il a fallu trouver des solutions pour ne plus vivre au-dessus de nos moyens. »

Puis, en direction du comité régional, à qui il a reproché d'avoir annulé ses organisations sur le vélodrome de Bourges. « Mais cela n'est qu'une partie des coups bas reçus. »

 

Dans son discours, Carabin ajoutait : « On a le droit de ne pas être d'accord avec tout le monde, mais pas le droit d'être malhonnête. Là, le comité régional de Monsieur Tarenne protège les malhonnêtes en écoutant ceux qui ont été écartés avec la révocation. Il ferme les yeux aussi devant les plaintes envers son responsable de commission route et cyclo-cross […]. » Et d'évoquer une « mafia » qui tente de « saboter notre travail ».

Directement visé, Jacky Tarenne, le président du comité régional, a aussitôt riposté à cette « attaque en règle ». « Concernant la protection MM. Dhervillez et Gauvin, vous ne les avez pas cités, mais c'est d'eux qu'il s'agit, je n'ai aucune version émanant des autorités judiciaires. Je m'en tiens à la présomption d'innocence. Cela ne se fait pas d'accuser des personnes comme vous le faites. »

Sur le vélodrome, Tarenne a répondu en indiquant que le comité régional n'a « en aucun cas pour mission d'organiser des épreuves. C'est aux comités départementaux et aux clubs de le faire. Le comité est là pour fédérer. Si nous avons participé à des organisations, c'était pour aider à mettre le vélodrome sur de bons rails. »

 

Tag(s) : #AMATEURS, #Cyclo cross, #Nadine MARECHAL, #Jacky BALLAND
 >