Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Trophée d’or peine à dessiner son parcours 2017 - Les organisateurs du Trophée d’or ont bien du mal à avancer sur l’édition 2017 de l’épreuve cycliste féminine. Pas par manque d’équipes pour y participer, mais parce que les villes du Cher ne se bousculent pas pour accueillir la course. - (Michaël Nicolas - Nadine MARECHAL - Marc Pâris)

L’an dernier, dans les derniers kilomètres de l’étape entre Saint-Doulchard et Orval. La cité dolchardienne est la seule à avoir dit oui au Trophée d’or pour l’instant. © photo Nadine MARECHAL

Les organisateurs du Trophée d’or ont bien du mal à avancer sur l’édition 2017 de l’épreuve cycliste féminine. Pas par manque d’équipes pour y participer, mais parce que les villes du Cher ne se bousculent pas pour accueillir la course.

 

«Les villes du Cher veulent-elles du Trophée d'Or ? » C'est la question que Marc Pâris se pose ces jours-ci. En pleine préparation de la 21 e édition de l'épreuve féminine, programmée du 21 au 24 août prochain, le président du Cher-VTT-vélo-passion s'interroge.

« C'est triste 
d'en arriver là » 
(Marc Pâris)

« Tous les élus que je croise me disent que c'est une belle course, louent sa notoriété, nous disent qu'il faut qu'on continue, mais aucune ville ne se porte volontaire pour nous accueillir. Pour l'instant, seule la commune de Saint-Doulchard nous a répondu favorablement. »

La situation a le don de frustrer Marc Pâris qui rappelle que le Trophée d'or est la seule course féminine à étapes à avoir lieu sans interruption depuis deux décennies.

« On m'a dit de m'adresser aux com'com' (les communautés de communes, ndlr), que les budgets des villes étaient trop serrés, explique le dirigeant. Je les ai toutes sollicitées. J'ai reçu beaucoup de réponses négatives et certaines n'ont même pas répondu. C'est triste d'en arriver là alors que le département et la région font leur maximum pour nous aider. »

Avec quatre étapes au programme, les organisateurs aimeraient trouver « idéalement huit villes ou au moins six » qui acceptent de mettre la main à la poche.

Paradoxalement, les équipes se bousculent pour s'inscrire. « J'en ai déjà dix qui ont confirmé, bien plus tôt que d'habitude », explique Marc Pâris. Des équipes qui cherchent désespérément des courses sachant que les éditions 2017 de la Route de France féminine et du Tour de Bretagne féminin ont été annulées.

Michaël Nicolas

 

 

Tag(s) : #Féminines, #Marc Pâris, #Nadine MARECHAL
 >