Rudy Barbier (AG2R) a inscrit son nom au palmarès de Paris-Bourges.

Rudy Barbier (AG2R) a inscrit son nom au palmarès de Paris-Bourges.
© (Photo cor. NR)

 

Ils n’étaient que 142 coureurs, seulement, à s’élancer de Gien, pour ce 67e Paris-Bourges. Une déception, tant quantitative que qualitative.
L’épreuve semblait promise à Nacer Bouhanni, qui paraissait le plus rapide du lot. Mais à l’arrivée, le vainqueur du sprint fut Rudy Barbier (AG2R), devançant le Vierzonnais Marc Sarreau (FDJ).
Et selon un scénario classique, ils furent quatre à partir devant, dès le douzième kilomètre : Delaplace (Fortuneo), De Bondt (Véranda Willems), Gouault (Auber) et Liepins (Marseille). Une échappée dont l’avance dépassa les quatre minutes lors de la montée de la première difficulté, la Côte de Jars (km 100).
Trois kilomètres de trop Après quoi l’avance baissa au fil des kilomètres. Dans la montée du Graveron (km 127), Liepins lâcha prise. Les trois rescapés firent pourtant de la résistance. Ils étaient encore deux, après le renoncement de Delaplace, à l’entrée de Bourges.
Mais il y eut trois kilomètres de trop. A l’arrière, bien sûr, les Cofidis chassaient fort pour placer leur sprinteur Nacer Bouhanni sur la bonne rampe. Mais le grand favori se fit encore tasser dans l’emballage final et ne terminait que 14e.
L’explication tourna à l’avantage de Rudy Barbier qui l’emportait, pour la première fois de la saison, après une deuxième place au circuit de la Somme. A 25 ans, le lauréat, transfuge cette saison de Roubaix Métropole, saluait la « performance de [son] équipe qui avait su [le] piloter jusqu’aux avant-postes, notamment, Julien Duval ».
Son dauphin n’était autre que Marc Sarreau, le Vierzonnais, battu de justesse, lui qui avait terminé 4e l’an passé.
Le classement 1. Rudy Barbier (AG2R), les 193,4 km en 4 h 34’36 ; 2. Marc Sarreau (FDJ) ; 3. J. Lecroq (Roubaix) ; 4. J. Jules (Vérandaclassic) ; 5. C. Laporte (Cofidis) ; 6. A. Fonseca (Fortuneo) ; 7. T. Devriendt (Wandy) ; 8. T. Dupont (Vérandas W) ; 9. R. Zabel (Sport Vlaanderen) ; 10. A. Pasqualon (Wanty) t.m.t.